Sommaire

Un besoin impérieux de soulager sa vessie très fréquemment, des sensations de brûlures, des douleurs pelviennes... Autant de symptômes qui font penser à une forme courante d'infection urinaire, la cystite. Si elle est bénigne, elle s'accompagne de symptômes désagréables, qui peuvent aller jusqu'à l'incontinence. Elle doit être traitée rapidement et efficacement pour éviter les risques de complications. Nos informations et nos conseils.

Cystite : une affection urinaire surtout féminine

La cystite est une inflammation de la vessie, rencontrée quasi-exclusivement chez les femmes. Environ une femme sur deux connaîtra ce problème au cours de sa vie.

Différents pathogènes impliqués

La cystite est généralement d'origine infectieuse : des microbes, présents dans le tube digestif, gagnent la vessie en remontant l'urètre, le conduit qui permet l'émission de l'urine. Ce passage est facilité par la proximité entre l'anus, où se trouvent les germes, et le conduit urinaire.

Les femmes présentent un urètre plus court que celui des hommes, ce qui explique également leur sensibilité à ce type d''infection, dont les caractéristiques sont les suivantes :

  • Le micro-organisme impliqué est généralement une bactérie : on parle alors de cystite bactérienne :
    • dans 8 cas sur 10 environ, il s'agit du colibacille, Escherichia coli,
    • plus rarement, des bactéries comme Staphylococcus saprophyticus, Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae, Staphylocoque epidermidis, Pseudomonas aeruginosa... sont à l'origine de la maladie.
  • Certains facteurs favorisent l'apparition de ce type de cystite : la sexualité, un manque ou un excès d'hygiène intime... Les femmes y sont particulièrement exposées à la ménopause.
  • D'autres organismes pathogènes peuvent être responsables de cystites : des champignons, des virus ou des parasites.

Cystites sans origine infectieuse

Certaines cystites ne sont pas d'origine infectieuse, mais ont d'autres causes :

  • La cystite radique, provoquée suite à des irradiations de la vessie, dans le cadre de traitements de radiothérapie destinés à lutter contre un cancer de l'utérus, des ovaires, du côlon, etc. Elle peut apparaître quelques mois après le traitement, mais parfois après plusieurs années.
  • La cystite médicamenteuse, associée à la prise de certains traitements, comme des chimiothérapies.
  • La cystite interstitielle, appelée « syndrome de la vessie douloureuse », une affection chronique dont les causes sont mal identifiées.
  • La cystite de blessure, qui apparaît suite à des traumatismes de cette zone, causés par la pose d'un cathéter par exemple.

Symptômes de la cystite

Si la cystite est une maladie généralement bénigne, les symptômes qui l'accompagnent peuvent être particulièrement gênants :

  • brûlures au cours de la miction (c'est-à-dire de l'émission d'urines) ;
  • envie d'uriner fréquente, impérieuse, malgré l'émission de faibles quantités d'urine ;
  • douleurs pelviennes ;
  • urines souvent troubles et à forte odeur ;
  • présence de sang ou de pus dans les urines.

Traitements de la cystite

Bien s'hydrater

Lorsqu'une cystite infectieuse se déclare, il est avant tout nécessaire de s'hydrater, en buvant 1,5 litres d'eau par jour au minimum, afin de faciliter l'élimination des agents pathogènes.

Traitements médicamenteux

Les cystites bactériennes sont traitées à l'aide d'antibiotiques, généralement par prise unique : il s'agit du « traitement minute ».

Un antalgique peut être administré pour calmer les douleurs, ainsi qu'un anti-inflammatoire.

Éviter les complications

Il est important de ne pas négliger un cystite, pour éviter qu'elle n'évolue vers une affection plus sévère. La principale complication est une atteinte des reins, la pyélonéphrite. Elle se caractérise par :

  • l'apparition de fièvre ;
  • des douleurs en bas du dos ;
  • des nausées, voire des vomissements.

Cystites récidivantes

Certaines femmes enchaînent les épisodes de cystites. Au-delà de trois par an, on parle de cystite récidivante.

Elle nécessite une prise en charge adaptée, notamment l'administration d'antibiotiques sur une plus longue période, de 5 à 7 jours. Certaines patientes reçoivent également un traitement sur plusieurs mois, avec de petites quantités d'antibiotiques.

Traitement de la cystite aiguë chez la femme enceinte

En cas d’épisode de cystite aiguë chez la femme enceinte, le traitement diffère légèrement et certaines précautions doivent être prises.

Le traitement à base d'antibiotiques est élaboré et dosé finement sur la base d'un antibiogramme. Cependant, en attendant les résultats de cet antibiogramme et pour éviter tout risque de complications, un premier traitement dit « probabiliste » est entamé.

Par la suite, il faudra réaliser un ECBU de contrôle 8 à 10 jours après l’arrêt du traitement puis un par mois jusqu’à l’accouchement.

Informez-vous sur les infections urinaires grâce à nos contenus :

Ces pros peuvent vous aider