Poliomyélite

Écrit par les experts Ooreka
Poliomyélite

Aujourd'hui, certains hésitent à se faire vacciner et à vacciner leurs enfants ce qui facilite la ré émergence de maladies jusqu'alors éradiquées. Qu'en est-il de la poliomyélite ?

Le point maintenant.

Poliomyélite : qu'est-ce que c'est ?

La poliomyélite est une infection virale. L'agent causal est un poliovirus, du genre des Entérovirus.

Quelques notions sont incontournables pour comprendre la maladie :

  • Très contagieuse, la transmission interhumaine est essentiellement digestive par voie oro-fécale, via l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés. Au cours de la grossesse, l'immunité maternelle protège le fœtus.
  • La poliomyélite touche le système digestif et dans 1 à 2 % le système nerveux. Il s'agit d'une maladie mortelle. Elle est connue du grand public pour être la cause de paralysies de membres, responsables de handicaps sévères.
  • En France, elle est éradiquée depuis 1989. En 2015, elle reste un problème de santé publique en Asie et en Afrique. Deux pays sont encore classés endémiques : le Pakistan et l'Afghanistan.

Bon à savoir : la poliomyélite est encore nommée maladie de Heine-Medin pour les deux chercheurs qui l'ont décrite au XIXe siècle. Jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle et avant les progrès de l'hygiène et l'avènement du vaccin, elle est classée épidémie mondiale.

Symptômes de la poliomyélite

Dans la grande majorité des cas, l'infection à un poliovirus est inoffensive. Elle peut être asymptomatique ou bien mimer un syndrome grippal. En revanche, si la maladie se déclare alors le pronostic vital est engagé.

Certains facteurs favorisent son évolution vers une forme grave :

  • la fatigue ;
  • les traumatismes ;
  • les vaccinations ;
  • l'ablation des amygdales ;
  • la grossesse ;
  • l'âge (prédominance chez l'adulte).

Les symptômes que l'on connaît de la poliomyélite sont les suivants :

  • Phase d'incubation : elle est longue, environ 2 semaines. Elle peut-être accompagnée de diarrhées ou d'une angine peu invalidantes.
  • Symptômes de la maladie : fièvre, douleurs diffuses et paralysies s'installent dans les formes graves. La paralysie d'un seul membre est courante. On observe également des cas de méningite.
  • Guérison et séquelles : Les paralysies peuvent régresser très lentement jusqu'à guérison ou bien être l'objet de graves séquelles (handicap). On peut mourir de la maladie si elle atteint les centres nerveux de la respiration.

Bon à savoir : le diagnostic virologique se fait par une prise de sang ou une analyse des selles.

Traitement de la poliomyélite

Il n'existe à ce jour pas de traitement curatif de la poliomyélite.

Le seul traitement est préventif par vaccination :

  • Deux types de vaccins sont disponibles : l'un contient un virus atténué (administré par voie orale) et l'autre, un virus inactivé (injection sous-cutanée).
  • En France, on utilise seulement la forme inactivée. Ce vaccin a l'avantage d'être recommandé même chez la femme enceinte. Il est en revanche contre-indiqué chez l'immunodéprimé.
  • La vaccination poliomyélite est souvent couplée à d'autres vaccins (Diphtérie, Tétanos +/- Coqueluche, Hemophilus influenza b et hépatite B). On vaccine à 2, 3, 4 mois et rappels à 16-18 mois puis 6 ans, 11-13 ans, 16-18 ans puis tous les 10 ans. 

Bon à savoir : avant un voyage dans le Tiers-Monde, il est vivement recommandé de vérifier la mise à jour de son état vaccinal et si besoin de faire un rappel. La plupart des hôpitaux proposent une consultation de maladies infectieuses et tropicales dédiée à la sécurité sanitaire des voyageurs.

Pour aller plus loin :

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !