Sommaire

Pour mieux comprendre et contrôler l’état de l’organisme, il est important de connaître la concentration de diverses molécules dans le sang. Pour rendre compte de l’état d’hydratation par exemple, on évalue la natrémie (ou concentration de sodium).

Quand celle-ci n’est pas normale, c’est le signe d’une atteinte. L’hyponatrémie désigne justement un taux anormal de sodium sanguin. C'est le trouble électrolytique le plus fréquent chez les patients hospitalisés. On vous en dit plus.

Hyponatrémie : qu’est-ce que c’est ?

Rappelons d’abord que la natrémie désigne la concentration de sodium dans le sang. Elle témoigne de l’état d’hydratation d’un organisme.
De ce fait, l’hyponatrémie est une situation pathologique caractérisée par un déficit de sodium dans le sang :

  • elle se définit par une concentration de sodium dans le sang inférieure à 135 mmol/l (millimoles par litre) ;
  • elle est le signe d’une hyperhydratation de l’organisme ;
  • elle représente une incapacité de l’organisme à excréter l’excès d’eau par les reins.

Hyponatrémie : symptômes

Les manifestations cliniques de l’hyponatrémie surviennent à des concentrations de sodium inférieures à 125 mmol/l. Citons notamment :

  • des signes neurologiques : céphalées, léthargie, vertige, confusion et cela peut aller jusqu’à des convulsions et un coma ;
  • des signes digestifs : anorexie, nausées, vomissements ;
  • des signes musculaires : tremblements, faiblesse, crampes ;
  • ou encore des signes psychiques : irritabilité, délire.

Quelles sont les causes de l'hyponatrémie ?

À l’origine d’une hyponatrémie :

  • un manque de sodium, dû à un apport insuffisant ou à un excès de perte ;
  • un excès d’eau, qui peut conduire à une dilution excessive de sodium.

Ainsi, les causes d’une concentration faible de sodium dans le sang sont notamment :

  • une insuffisance cardiaque ;
  • une cirrhose hépatique ;
  • une insuffisance rénale ;
  • une potomanie (désigne le fait de boire excessivement, plus de 15 litres d’eau en 24 heures) ;
  • une hypothyroïdie ;
  • une insuffisance surrénalienne ;
  • des pertes rénales, causées notamment par des diurétiques ;
  • ou encore des pertes gastro-intestinales, comme des vomissements ou des diarrhées.

Hyponatrémie : comment la traiter ?

Le traitement de l’hyponatrémie dépend de sa ou ses causes. Ainsi le médecin peut préconiser :

  • une restriction hydrique ;
  • une augmentation de l’excrétion urinaire d’eau et de sel ;
  • ou encore une augmentation des apports en sel.

Approfondissez ce sujet avec Ooreka :