Sommaire

En médecine, le collapsus cardio-vasculaire désigne une diminution pathologique de la tension artérielle.

Il s'agit d'une urgence médicale. Que faut-il savoir sur le collapsus, quels sont ses symptômes et les traitements adaptés ? Réponses dans notre article.

Collapsus : qu'est-ce que c'est ?

La tension artérielle correspond à la pression du sang dans les artères. Elle est définie par deux mesures, l'unité est le millimètre de mercure (mmHg) :

  • La pression systolique (1er chiffre) : mesurée au moment où le cœur se contracte (systole), c'est le chiffre le plus élevé.
  • La pression diastolique (2ème chiffre) : mesurée quand le cœur se relâche (diastole).

Certaines situations pathologiques peuvent entraîner une baisse brutale de la tension. On parle de collapsus quand la pression systolique est inférieure à 90 mmHg.

Collapsus cardio-vasculaire et état de choc

Prendre en charge médicalement un collapsus est une urgence. En effet, le sang transporte l'oxygène jusqu'aux organes.

Si la pression sanguine est trop faible, les organes ne reçoivent pas assez d'oxygène ('hypoperfusion tissulaire), le patient est alors en état de choc.

Les situations pouvant aboutir à un collapsus, puis à un choc sont au nombre de 4 :

  • choc hypovolémique (diminution de la quantité de liquide dans la circulation) : hémorragie aigüe, déshydratation, fuite du plasma (au cours de brûlures...) ;
  • choc cardiogénique (chute du débit cardiaque) : insuffisance cardiaque gauche ou droite (défaillance du muscle cardiaque) ;
  • choc septique : dû à une infection grave ;
  • choc anaphylactique : dû à une allergie, les substances relarguées dans l'organisme provoquent une dilatation des artères, et donc une baisse de la pression artérielle.

Symptômes liés au collapsus

Pour préserver les fonctions vitales, le corps s'adapte : les rythmes cardiaque et respiratoire s'accélèrent pour maintenir une perfusion en oxygène des organes.

De plus, la perfusion des organes vitaux est privilégiée (cœur, poumon, cerveau), la circulation diminue au niveau des extrémités.

En plus de l'hypotension, les symptômes pouvant être observés sont donc :

  • pâleur cutanée de la peau et des muqueuses ;
  • tachycardie : pouls accéléré au delà de 120 battements cardiaques par minutes. Le pouls est dit filant (non perçu en radial) ;
  • extrémités froides, cyanosées (coloration bleue-violette due au manque d'oxygène), marbrées ;
  • polypnée : augmentation du rythme respiratoire ;
  • diminution de la quantité d'urine émise (oligo-anurie).

Collapsus : quelle prise en charge ?

La prise en charge est urgente, car un collapsus ou un choc non traité entraîne une défaillance de tous les organes vitaux (défaillance multi-viscérale) et mène au décès.

Il faut traiter la cause qui a entraîné le collapsus et le choc par des antibiotiques en cas de choc septique, par une transfusion sanguine s'il y a hémorragie aiguë...).

En parallèle, le but est d'augmenter la pression sanguine afin de permettre une oxygénation correcte des organes :

  • mise sous oxygène ;
  • remplissage vasculaire, on perfuse le patient avec des produits solutés qui vont augmenter le volume de liquide dans ses artères ;
  • utilisation de médicaments vasopresseurs qui augmentent la pression artérielle.

Pour en savoir plus :

Ces pros peuvent vous aider