Sommaire

La luxation de la mâchoire ou plus exactement la luxation de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) est un traumatisme assez fréquent. Voyons ensemble comment cette puissante articulation peut se luxer, découvrons quels sont les symptômes d’une luxation de la mâchoire et quel traitement il existe.

Luxation de la mâchoire : rôle de l'articulation temporo-mandibulaire

L’articulation temporo-mandibulaire, située à 1,25 cm en avant du lobe de l’oreille, compte parmi les plus complexes du corps. En effet, elle réalise un mouvement très spécifique lorsqu’elle est mobilisée. Par ailleurs, elle est chaque jour soumise à d’énormes pressions puisque c’est elle qui permet la mastication.

Pour bien comprendre le phénomène de luxation, il faut savoir que l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) réalise l’articulation entre la branche montante de la mandibule (ou maxillaire inférieur) au niveau du condyle et l’os temporal qui appartient au crâne au niveau de la glène.

Il y a un ménisque (ou disque) entre ces deux surfaces articulaires (comme au niveau du genou). Il permet d’éviter le frottement direct des os les uns sur les autres et de répartir la pression exercée au cours de la mastication. De plus, les puissants muscles qui permettent d'ouvrir et de fermer la bouche stabilisent l’ATM.

En temps normal, lorsqu’on ouvre la bouche, le condyle bascule dans la glène puis glisse vers l’avant, on parle dans ce cas de subluxation physiologique (ce qui est normal). En revanche, il arrive parfois qu’une véritable luxation se produise si le condyle quitte son logement et reste bloqué en avant.

Les causes de luxation de la mâchoire

Les principales causes de la luxation de la mâchoire sont une ouverture de la bouche un peu trop importante. C’est par exemple le cas au cours :

  • d’un bâillement ;
  • des soins dentaires ;
  • d’une tentative de manger un énorme sandwich…

Cela peut également être dû à un traumatisme (chute, coup de poing, etc.). Bien souvent des tensions musculaires excessives sont en cause. Elles peuvent en effet maintenir le ménisque bloqué vers l’avant, ces tensions pouvant être dues au stress et/ou à un bruxisme.

Néanmoins, d’une façon générale, pour que cela entraîne une véritable luxation, il faut que la personne présente d’importants spasmes musculaires (syndrome de Sadam par exemple) ou des anomalies telles qu’une hyperlaxité ligamentaire (les ligaments censés retenir le condyle sont dans ce cas trop lâches, trop distendus), ce qui est fréquent chez les jeunes femmes.

Symptômes d’une luxation de la mâchoire

La luxation de la mâchoire n’est pas nécessairement douloureuse lorsqu’elle survient. En revanche, elle provoque un blocage de la mâchoire inférieure (mandibule). Il est très important de distinguer les véritables luxations de la mâchoire des luxations méniscales.

Généralement, dans les premiers temps, une luxation entraîne un bruit de claquement qui est dû au retour du condyle et du ménisque dans leur logement, en position normale (déplacement discal réductible). Il s’agit dans ce cas d’une simple luxation méniscale indolore, ce qui est le plus fréquent.

Une véritable luxation de la mâchoire est un phénomène beaucoup plus rare :

  • La personne qui présente une luxation de l’ATM se voit dans l’impossibilité de fermer la bouche (déplacement discal irréductible c’est-à-dire que le ménisque ne se replace pas spontanément).
  • Aucun claquement ne se fait entendre et une intense douleur à la mâchoire va faire son apparition.
  • Les douleurs sont principalement dues aux très importantes tensions musculaires (rappelons que les muscles mis en jeu sont extrêmement puissants).

Ce blocage de la mâchoire entraîne bien entendu de nombreux désagréments : difficultés d’élocution, impossibilité à s’alimenter, tendance à baver (puisqu’il est impossible de fermer la bouche), etc. Ces symptômes caractéristiques suffisent à amener le patient à consulter en urgence.

Luxation de la mâchoire : traitement

Manipulation

Le traitement de la luxation de la mâchoire consiste à la réduire à l’aide d’une manipulation. Plus cette intervention est réalisée rapidement après la luxation, plus elle est simple à effectuer (notamment parce que les muscles ne sont pas tendus et spasmés, ce qui compliquerait considérablement la manœuvre).

Le principe est simple. Le praticien va :

  • placer son pouce dans la bouche du patient de façon à avoir un appui sur les molaires inférieures ;
  • saisir l’angle de la mandibule et le branche montante avec son index et son majeur ;
  • exercer une pression vers le bas et l’avant pour dégager le condyle ;
  • replacer le condyle dans son logement en le ramenant en arrière et en haut.

Cette manipulation, qui ne prend que quelques secondes, est réalisée sans anesthésie car elle est généralement peu douloureuse. Elle peut être pratiquée soit par un médecin sachant s’y prendre, soit par un kinésithérapeute voire un dentiste ou un orthodontiste expérimenté. Il est également possible de faire appel à un ostéopathe, qui pourra avancer une action plus globale en traitant les tensions musculaires au niveau cervical et en réalisant de l’ostéopathe crânienne.

Certains médecins peuvent vouloir poser un pansement destiné à éviter au patient de trop ouvrir la bouche. Placé pour une période de 5 jours, il permet à la capsule articulaire de l’ATM de cicatriser en limitant ses mouvements. Il est par ailleurs conseillé au patient de privilégier l’alimentation liquide et de faire attention à ne pas trop ouvrir la bouche en grand pendant une petite semaine.

Il faudra aussi tenir compte de l’origine d’une éventuelle tension musculaire excessive et donc parfois mettre en place des solutions pour apprendre à gérer son stress.

Dispositif occlusal

Il est aussi possible de corriger les luxations de la mâchoire à l’aide d’un dispositif occlusal, réalisé par un orthodontiste. Cela consiste à porter la nuit une gouttière de surélévation occlusale, une sorte de protège-dent qui est placé sur les dents du haut.

Ce dispositif peut réduire les tensions musculaires et permettre à l’ATM de se repositionner correctement. Toutefois, il faut compter entre deux et quatre semaines pour que le traitement soit efficace, et quelques mois supplémentaires pour obtenir des résultats durables.

Par ailleurs, si les douleurs ne sont pas d’origine musculaire mais purement articulaire, soit dans10 % des cas, ce traitement n’est pas efficace.

Traitement chirurgical

Si l'origine du problème est articulaire, ou si les articulations sont trop abîmées, on préconise une intervention chirurgicale :

  • soit une arthroscopie temporo-mandibulaire afin de réaliser un lavage articulaire pour « libérer » le ménisque ;
  • soit une arthrotomie temporo-mandibulaire qui consiste à ouvrir chirurgicalement l'articulation et selon les cas :
    • à remettre le ménisque en place,
    • à retirer le disque et le remplacer par une prothèse (s'il est trop usé),
    • à éliminer les irrégularités des surfaces articulaires.

 

Ces pros peuvent vous aider