Sommaire

Lorsqu’on parle d’une fracture du bras, on fait référence à la cassure de l’humérus, l’os long qui s'étend de l’épaule au coude. Les fractures du bras ne sont pas extrêmement fréquentes car elles sont généralement consécutives à un très violent traumatisme. Elles se traduisent par une importante douleur. Mais apprenons-en un peu plus sur les symptômes qui accompagnent une fracture du bras, sur leur diagnostic, le traitement qui peut être mis en place et les complications éventuelles qui peuvent en découler.

Fracture du bras : caractéristiques

Les fractures du bras surviennent suite à un choc violent directement sur l’os. En effet, il est très rare que ce type de fracture soit dû à un choc indirect (une chute sur la main par exemple). En revanche, cette fracture peut aussi concerner une personne âgée souffrant d’ostéoporose et qui chuterait sur son bras.

Généralement, en cas de fracture du bras, le trait de fracture se trouve au tiers supérieur de l’os, sous la tête humérale : on parle de fracture sous-capitale. Si la fracture concerne le centre de l’humérus, c’est une fracture dite diaphysaire, tandis que si elle se trouve au-dessus du coude ce sera une fracture distale.

Il s’agit souvent d’une fracture isolée mais elle peut être transversale (horizontale), oblique ou spiroïde (en spirale). Les fractures du bras peuvent également être plus ou moins graves selon leur type, qu'elles soient ouverte ou fermée.

Symptômes d’une fracture du bras

Fracture du bras : douleur au premier plan

Qu’il s’agisse d’une fracture ouverte ou fermée, le symptôme qui domine est la douleur. En effet, toutes les fractures du bras sont extrêmement douloureuses.

La rupture de l’os va s’accompagner d’une déformation du bras en raison de l’œdème qui se crée immédiatement après l’accident et parfois aussi à cause de l’angulation anormale que va prendre le bras cassé. En cas de facture ouverte, on voit l’os qui traverse la peau, bien que cela reste assez rare au niveau du bras.

On retrouve aussi une impotence fonctionnelle, c’est-à-dire que le patient est incapable de bouger le membre cassé.

Complications d'une fracture du bras

Les complications des fractures du bras sont relativement rares, que le traitement soit conservatif ou chirurgical. Il peut s’agir :

  • d’une lésion nerveuse (nerf radial), notamment en cas de fracture basse située près du coude et qui entraînera des troubles de la sensibilité et de la motricité ;
  • d’une pseudarthrose suite à l’immobilisation ;
  • de complications liées à l’intervention chirurgicale : infection, thrombose, épanchements sanguins, etc.

Diagnostic clinique et par imagerie d'une fracture du bras

Une fracture ouverte est habituellement facile à diagnostiquer puisqu’on peut observer l’os qui traverse la peau. Une fracture fermée est également assez simple à diagnostiquer. D’une part, le contexte traumatique peut amener le médecin à suspecter une fracture, d’autre part, la douleur est assez évocatrice. De plus, quelques tests tels qu’une compression du bras (qui va déclencher une douleur brutale) vont eux aussi être significatifs.

Toutefois, il est parfois utile de procéder à des examens complémentaires (radiographie) afin d’avoir un diagnostic plus précis et de déterminer si la facture du bras est :

  • simple : un seul trait de fracture ;
  • complexe ou comminutive : plusieurs zones sont cassées, ce qui reste toutefois assez rare au niveau du bras ;
  • non déplacée : les deux parties de l’humérus restent en face l’une de l’autre ;
  • déplacée : les deux parties de l’humérus ne sont plus alignées.

Ce diagnostic est indispensable pour mettre en place le traitement qui convient. On peut même procéder à une tomodensitométrie pour évaluer d’éventuels dommages collatéraux affectant les ligaments et les tendons.

Traitement en urgence et à long terme de la fracture du bras

Intervention immédiate après une fracture du bras

Étant donné la violente douleur qui accompagne les fractures du bras, la prise en charge thérapeutique doit être la plus rapide possible afin, dans un premier temps, de soulager le patient. C'est encore plus vrai en cas de fracture ouverte et, dans ce cas, on doit immédiatement contacter le SAMU.

Si on se rend chez un médecin et que la fracture du bras est une fracture fermée, il pourra dans un premier temps réaliser un bandage et prescrire des antalgiques (voire des antibiotiques pour prévenir une infection) afin de soulager un peu la douleur en attendant une prise en charge plus complète.

Fracture du bras : nécessité d'un traitement à long terme

Dans un second temps, le traitement sera orthopédique. Il peut être soit conservatif soit chirurgical :

  • Le traitement de base consiste à immobiliser le bras pendant 2 à 6 semaines en le plaçant en écharpe, maintenu à 90° contre le thorax. La pose d’un plâtre est décidée en fonction du type de fracture.
  • En cas de fracture complexe comminutive ou avec déplacement, on réalisera une intervention chirurgicale avec la pose d’un clou centro-médullaire ou d’une ostéosynthèse avec des vis et des plaques. L’immobilisation avec une attelle ou un plâtre est de deux mois et le clou reste en place un an avant d’être retiré.

Suite à ce traitement, une prise en charge de kinésithérapie sera nécessaire pour rééduquer le bras afin que le patient retrouve une bonne mobilité et toute sa force musculaire. L’accent sera mis sur l’extension du coude, qui doit redevenir complète, et sur la musculation du biceps et du triceps.