Sommaire

Le signe de Froment (ou test de Froment) est un signe neurologique qui traduit une atteinte du nerf ulnaire (ou nerf cubital) qui innerve le muscle adducteur du pouce. Il n’a cependant rien à voir avec la manœuvre de Froment qui est elle aussi utilisée en neurologie. Mais comment se manifeste le signe de Froment ? Et en quoi consiste la manœuvre de Froment ? Quelle interprétation en faire ? Les réponses tout de suite.

Signe de Froment : définition

Origine

Le signe de Froment est un signe neurologique qui a été décrit par le neurologue français Jules Froment. Ce médecin du début du XXe siècle exerçait dans le service de neurologie du professeur Babinski, lui-même connu pour avoir décrit le réflexe cutané plantaire (signe de Babinski), qui désigne une atteinte neurologique au niveau des membres inférieurs.

Description

Le signe de Froment, lui, traduit une atteinte du nerf ulnaire (ou nerf cubital), le nerf qui innerve le muscle adducteur du pouce. Ce muscle permet de rapprocher le pouce de la paume de la main et de l’index, de sorte qu’en cas d’atteinte neurologique ou de déficit du nerf ulnaire, le patient éprouve des difficultés à tenir un objet entre son pouce et son index.

Déroulement

Ainsi, le neurologue va demander au patient de fermer les poings et de tenir une feuille de papier placée entre la première phalange du pouce et la tête du deuxième métacarpien (ce qui oblige à réaliser une adduction du pouce). Si la feuille de papier ne parvient pas à être tenue, ou seulement avec difficulté (si le patient est obligé de fléchir le pouce pour retenir la feuille), le test de Froment est positif.

Cela signe une paralysie de l’adducteur du pouce en raison d’une compression du nerf ulnaire. La flexion du pouce reste toutefois possible puisque le court fléchisseur du pouce est un muscle innervé par le nerf médian.

Manœuvre de Froment

La manœuvre de Froment ne doit pas être confondue avec le signe de Froment même si, dans les deux cas, il s’agit d’un signe neurologique qui se manifeste au niveau de la main.

De façon générale, lorsqu’on tourne la main d’un patient atteint par la maladie de Parkinson, on a la sensation d’une roue dentée qui cède par crans.

La manœuvre de Froment, ou test du poignet figé, est le test diagnostic utilisé en neurologie pour détecter cette rigidité (hypertonie extra-pyramidale) traduisant une maladie de Parkinson.

Mise au point en 1926, cette manœuvre consiste à faire bouger le poignet du patient en lui demandant d’exécuter un geste avec l’autre main. En cas de trouble neurologique, dès que le mouvement volontaire débute, la rigidité perçue dans le poignet augmente et paraît plus nette.

Lire l'article Ooreka