Sommaire

Une hémoculture est une mise en culture d'un prélèvement sanguin, réalisée en cas de suspicion d'infection dans le sang (septicémie). Le but est d'identifier le germe et de mettre en place un traitement adapté. Tout ce qu'il faut savoir sur cet examen dans la suite de notre article.

Hémoculture : comment procède-t-on ?

Une hémoculture est une mise en culture d'un échantillon sanguin. Le but de l'examen est de poser le diagnostic de septicémie (infection du sang), d'identifier les germes (bactéries ou levures) et de réaliser un antibiogramme afin de trouver un traitement antibiotique adapté au germe. Une hémoculture ne détecte pas les virus.

Les hémocultures sont réalisées par ponction veineuse (le plus souvent au pli du coude), et nécessitent au moins deux prélèvements sur des sites séparés. Cette procédure permet, d'une part, d'augmenter la probabilité de détecter une infection, d'autre part de diminuer le risque de contamination par un germe cutané qui conduirait à une hémoculture positive sans qu'il y ait de bactériémie (on parle d'un faux positif). Dans cette même logique, les hémocultures sont prélevées avant tout traitement antibiotique pour ne pas fausser les résultats (faux négatif).

Chaque prélèvement est collecté dans deux types de flacons (on parle de paires d'hémocultures) : un flacon aérobie qui contient de l'oxygène, un flacon anaérobie dépourvu d'oxygène, car certaines bactéries tolèrent l'oxygène et d'autres non.

Plusieurs séries d'hémocultures sont pratiquées selon un intervalle décidé par le médecin, si possible aux moments de décharge bactériémique. Les cultures sont gardées une quinzaine de jours environ. Lorsque les bactéries ont poussé sur le milieu de culture, on réalise un antibiogramme. C'est un procédé qui consiste à tester la sensibilité du germe vis à vis d'une batterie d'antibiotiques.

Quelles sont les indications de l'hémoculture ?

L'examen est indiqué devant tout syndrome infectieux associé à un contexte évocateur (infection récente ou en cours, chirurgie récente, présence d'une valve cardiaque prothétique, prothèse orthopédique, personne immunodéprimée), faisant suspecter un état septicémique :

  • fièvre > ou = 38,5 °C ;
  • hypothermie < 36,5 °C ;
  • décharge bactériémique clinique : frissons, pic hyperthermique ou hypothermique, marbrures ;
  • accélération du rythme cardiaque, augmentation du temps de recoloration cutané, détresse respiratoire, baisse du débit urinaire, défaillance d'organes.

Il est aussi indiqué en cas de :

  • fièvre prolongée ou inexpliquée ;
  • suspicion d'endocardite infectieuse ;
  • personne porteuse d'un cathéter périphérique ou central, chambre implantable, sonde ou prothèse orthopédique, qui présente une fièvre supérieure à 38,5 °C ou inférieure à 36,5 °C ;
  • complication d'un foyer suppuré tel qu'une infection dentaire, un furoncle ou un abcès.

Septicémie : définition

Lorsque survient une infection localisée (infection des voies urinaires, digestive, cutanée, etc.), si le système immunitaire ne peut la contenir elle se propage à la circulation sanguine et gagne l'ensemble du corps.

Une septicémie est donc un syndrome infectieux accompagné d'un passage du germe dans le sang. Généralement le germe est une bactérie (bactériémie), mais il peut aussi s'agir de virus (virémie) ou parfois de levure (fongémie).

Elle affecte plus fréquemment certaines personnes :

  • immunodéprimées (hémopathies, traitements immunosuppresseurs, infection par le VIH) ;
  • porteuses d'un cathéter veineux ou d'un drain chirurgical ; 
  • porteuses de prothèses ou de valves cardiaques ;
  • toxicomanes intraveineux qui utilisent des aiguilles « sales ».

Complications possibles d'une septicémie

Une septicémie peut mettre en jeu le pronostic vital, par défaillance d'organes ou par l'apparition d'un choc septique. En effet, le système immunitaire produit de nombreux facteurs inflammatoires dans le but d'éradiquer l'infection, mais qui peuvent engendrer de graves conséquences :

  • défaillance d'organes, par diminution du flux sanguin et accélération du rythme cardiaque ;
  • activation des facteurs de la coagulation (coagulation intravasculaire disséminée) ;
  • choc septique par vasodilatation avec chute de la tension artérielle.

Par ailleurs le passage des germes dans le sang peut être responsable d'une endocardite infectieuse par atteinte des valves cardiaques.

Il faut 48 heures pour avoir les premiers résultats (présence ou absence de germes). Si l'hémoculture est en faveur d'une infection sanguine, la bactérie responsable de l'infection est identifiée et le médecin attend les résultats de l'antibiogramme afin d'adapter le traitement antibiotique. En cas d'infection par une levure, un traitement antifongique approprié est instauré.

Ces pros peuvent vous aider