Sommaire

La perfusion est une technique de soins utilisée dans le secteur hospitalier ou à domicile. Elle est indiquée lorsque le patient ne peut pas prendre le traitement per os (par la bouche) ou lorsqu'on recherche une efficacité rapide. Découvrons-en davantage à ce sujet.

Qu'est-ce qu'une perfusion ?

Le terme de perfusion, synonyme d'instillation, d'irrigation, est l'injection lente et/ou continue d'un liquide dans le corps par voie intra-veineuse. C'est une technique d'administration de produits médicamenteux, de solutés dans l'organisme par le biais de la voie veineuse.

Pour cela, un cathéter, sorte d'aiguille souple en plastique, est introduit soit dans une veine périphérique superficielle, soit dans une veine profonde de plus gros calibre. Le liquide perfusé peut être du sang, on parle de transfusion, un soluté, ou un médicament.

L'administration d'une perfusion se fait grâce à un perfuseur. Il s'agit d'un système qui comprend un trocard (sorte de grosse aiguille en plastique qui s'insère dans la poche de perfusion), une chambre compte-goutte avec filtre anti-particule, une prise d'air, une tubulure, un dispositif de réglage du débit et un système de connexion de type Luer Lock (pour se connecter au cathéter) :

  • Le soluté de perfusion peut être contenu dans une poche en PVC ou non, dans un flacon en plastique ou encore dans un flacon en verre.
  • La perfusion peut s'écouler par le biais de la gravité. Dans ce cas, la poche de perfusion doit être positionnée à une hauteur supérieure à celle de l'abord vasculaire (main, bras...). Le réglage s'effectue à l'aide d'un compte-goutte (1 ml = 20 gouttes en moyenne).
  • La perfusion peut aussi s'effectuer grâce à un appareil volumétrique qui est soit une pompe, soit un pousse-seringue. L'appareil fonctionne grâce à l'électricité. Le débit est régulier et régulé par l'appareil, on lui indique alors le nombre de millilitre souhaité par heure.

Objectifs de la perfusion

La perfusion permet d'assurer la survie en cas d'urgence par l'action parfois quasi immédiate de certains médicaments lorsqu'ils sont mis au contact de l'organe rapidement ou lors d'hémorragie. En effet, la perfusion ou transfusion (selon le produit injecté) rétablit la volémie (volume sanguin total), laquelle maintient la pression artérielle.

La perfusion peut aider au maintien d'un équilibre nutritionnel lors de certaines pathologies dans leur phase critique ou aiguë (lors d'un AVC ou accident vasculaire cérébral par exemple).

De plus, lors de certaines interventions chirurgicales dites lourdes ou dans le cadre de certaines pathologies, la perfusion aidera au maintien ou au rétablissement d'un équilibre hydro-électrolytique correct. Elle peut recharger l'organisme en calcium, sodium, potassium, ou vitamines...

Enfin, la perfusion permet la mise en place de certains traitements,soit parce qu'ils sont plus efficaces par voie veineuse, soit parce qu'ils sont inexistants en dehors de leur forme injectable. Cela peut être le cas pour une antibiothérapie, la prise d'antalgiques (médicaments contre la douleur) ou encore pour certaines chimiothérapies.

Différents types de perfusion

Il existe 3 types de perfusion :

  • La perfusion dite en bolus : c'est l'injection rapide d'un médicament suivie d'un rinçage de la veine à l'aide d'un soluté, le plus souvent de type chlorure de sodium.
  • La perfusion en continu : elle administre à vitesse constante un médicament ou un soluté, ce qui permet au produit d'agir à concentration constante.
  • Le troisième type de perfusion est la perfusion dite courte qui s'effectue sur un temps compris entre 30 et 60 minutes. Ce type d'administration apporte à l'organisme un produit de façon discontinue mais régulière. Souvent, ce type de perfusion sera programmé soit toutes les 4, 6, 8 ou 12 heures. L'apport est dans ce cas régulier mais pas continu.

Perfusion et complications éventuelles

La perfusion peut entraîner des complications de type inflammatoire ou infectieux :

  • Au niveau du point de ponction, il existe un risque d'infection (puisqu'il y a effraction de la peau) ou une inflammation mécanique : la veine supporte mal cet agent étranger qu'est le cathéter.
  • Certains produits injectés peuvent fragiliser les parois de la veine qui deviennent poreuses, laissant alors diffuser le produit d'injection dans les tissus avoisinants : on parle d'extravasation.
  • Le cathéter peut s'obstruer, à cause d'un caillot car le sang de la veine aura refluer dans le cathéter, ou bien s'infecter par la diffusion d'une bactérie : on parle d'infection sur cathéter.
  • Une veinite peut également survenir lorsque l'endothélium (membrane interne de la paroi d'une veine) de la veine est irrité, la veine devient alors indurée et douloureuse.
  • Une phlébite peut se produire car dans certains cas, le cathéter va servir de support aux composants du sang qui vont s'agglutiner et constituer un caillot.
  • Très rarement, la perfusion peut se compliquer d'une embolie gazeuse qui correspond à l'introduction dans le sang d'une grande quantité d'air.

Ces pros peuvent vous aider