Défenestration

Écrit par les experts Ooreka

Vous êtes témoin d'une défenestration ? Appelez immédiatement les secours : 15 (SAMU), 18 (pompiers) ou 112 (urgences européennes).

Certaines chutes peuvent être très graves :

Un accident mortel dans la majorité des cas

La défenestration est le fait de tomber de manière brutale par une fenêtre.

Plus la hauteur de la chute est importante, plus les conséquences traumatiques le seront également.

Les défenestrations provoquent de nombreux décès chaque année.

C'est d'ailleurs l'issue la plus fréquente :

  • chez les enfants, elle est l'une des principales causes d'accidents domestiques,
  • chez l'adulte, les cas de défenestration vont être rencontrés dans les cas de tentatives de suicides (TS) ou suicides.

Défenestration de hauteur plus faible : les traumatismes

Pour des chutes de hauteur moins importantes (par exemple du 1er étage ou 2e étage), l'issue peut être moins dramatique.

Le poids de la victime s'ajoute à la vitesse de la chute, ce qui va augmenter les dommages causés par l'impact.

Les traumatismes constatés sont :

Bien agir auprès des victimes de défenestration

Il est impératif d'éviter de mobiliser une victime de défenestration.

  • Le risque principal est d'aggraver les lésions provoquées par la chute, notamment provoquer une paralysie partielle ou permanente de la personne.
  • Le témoin doit alerter les secours au plus vite en téléphonant au 18 (pompiers), au 15 (SAMU) ou 112 (urgences européennes).
  • Il est important de bien informer les secours des circonstances de l'accident : chute d'un étage ou plusieurs, etc.

Si la victime est consciente, conseillez-lui de ne pas bouger, restez auprès d'elle et veillez à ce qu'elle reste calme.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique premiers secours

Tout le guide pratique