Entorse

Écrit par les experts Ooreka

 

Un traumatisme peut se manifester par une entorse, une luxation ou un hématome.

Entorse : à la cheville le plus souvent

Lors d'une entorse, les ligaments liés à une articulation sont étirés ou se déchirent. On distingue différents types d'entorse selon leur gravité :

  • entorse légère : correspond à l'étirement des ligaments,
  • entorse grave : correspond au déchirement des ligaments.

Une entorse est généralement localisée aux chevilles, genoux, poignets.

Les symptômes habituels de l'entorse : selon la gravité

Lors d'une entorse modérée, on constatera les symptômes suivants :

  • douleur,
  • enflement,
  • la personne peut cependant se mobiliser.

Lors d'une entorse grave, on retrouve :

  • la présence d'une douleur,
  • l'impossibilité de se mobiliser,
  • le gonflement de l'articulation,
  • l'apparition d'un bleu (ecchymose).

Mettre de la glace sur l'entorse et se reposer

En cas d'entorse, on conseille :

  • l'application de glace sur le membre concerné :
    • attention : ne jamais poser de glace directement sur la peau, mais la mettre dans un linge (gant, torchon) afin d'éviter les brûlures,
    • la pose de glace permet également de diminuer la douleur,
  • le repos du membre concerné (les 2 premiers jours, en général) et par exemple l'utilisation de béquilles pour éviter l'appui,
  • l'immobilisation : pose de résine, bandage, etc.,
  • de surélever le membre blessé plusieurs heures par jour.

En général, la personne retrouve l'usage fonctionnel de l'articulation en environ six semaines.

Attention ! En cas d'entorse grave, des séquelles peuvent subsister (gêne à la mobilisation).

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique premiers secours

Tout le guide pratique