Étouffement

Écrit par les experts Ooreka

L'étouffement peut avoir plusieurs causes :

Étouffement : une obstruction de la trachée

Lorsqu'on mange, on avale nos aliments.

Pour descendre jusqu'à l'estomac, le bol alimentaire va passer par l'oesophage qui est séparé de la trachée par la luette.

On s'étouffe lorsqu'un aliment ou un corps étranger se loge dans la trachée.

La personne ne peut plus respirer :

  • contrairement à la fausse route, aucun réflexe de toux n'est possible,
  • la personne risque l'asphyxie : il faut alors agir rapidement.

Attention ! Chez le jeune enfant, l'étouffement est souvent dû à des objets de petite taille : billes, jouets, etc.

En cas d'étouffement : la conduite à tenir

Lorsqu'une personne s'étouffe, il faut commencer par lui administrer 5 claques dans le dos.

Si cela ne suffit pas, il faut recommencer.

Si le corps étranger n'est toujours pas expulsé, on peut alors débuter la méthode de Heimlich (sur les personnes de plus de 1 an) :

  • se mettre derrière la personne,
  • placer un poing au niveau de la ceinture abdominale, l'autre poing attrape le premier,
  • effectuer des compressions en remontant vers le haut, afin d'aider la victime à expulser le corps étranger,
  • recommencer jusqu'à ce que l'objet soit expulsé.

Si la victime devient inconsciente :

  • l'allonger sur le sol,
  • débuter la réanimation (si on est compétent en la matière uniquement) et continuer jusqu'à l'arrivée des secours.

Il est préférable de pratiquer la réanimation en cas d'étouffement que de ne rien faire.

Attention ! Il est préférable d'appliquer ces méthodes après avoir suivi une formation de secouriste, surtout chez le jeune enfant.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique premiers secours

Tout le guide pratique