Vaccination obligatoire

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en janvier 2022

Sommaire

Il existe un grand nombre de vaccins,

  • certains étant obligatoires ;
  • d'autres facultatifs, mais conseillés.

En cas de voyage dans certaines régions exotiques, la vaccination est obligatoire.

Vaccination obligatoire chez les enfants

Les enfants en bas âge ont un système de défense immature, mais qui va se renforcer au fil du temps. À ce titre, certains vaccins ont été « imposés », notamment avant l'entrée en collectivité (crèches, haltes-garderies, etc.), afin d'éviter les cas d'épidémie (lorsqu'un nombre important d'enfants est en contact).

Selon un calendrier précis, les enfants seront donc vaccinés contre les maladies suivantes :

Le but est d'enrayer la résurgence de certaines maladies contagieuses particulièrement dangereuses pour les enfants et les personnes les plus fragiles.

Vaccins obligatoires : quelles implications pour les familles ? 

Au total, ces 11 vaccinations obligatoires représentent pour les enfants 10 injections étalées entre 2 et 18 mois, soit 6 rendez-vous. La vaccination contre la diphtérie (D) et le tétanos (T) s'effectue avec l’administration de quatre autres valences, on parle de vaccins hexavalents (DTCaP-Hib-HBV) ou de deux autres en cas de vaccins tétravalents (DTCaP).

À cela s'ajoutent les rappels après 2 ans qui, sans être obligatoires, restent recommandés et indispensables à 6 ans, 11-13 ans, puis à 25 ans dans le cas du DTP.

Les 11 vaccins ne sont impératifs que pour les enfants nés après le 1er janvier 2018 (ceux nés avant cette date ne sont tenus qu'au DTP).

Si aucune sanction n’est prévue contre les parents ne respectant pas les obligations vaccinales, depuis le 1er juin 2018 des contrôles des carnets de santé peuvent avoir lieu et les enfants devront avoir été vaccinés pour pouvoir entrer en collectivité : crèche, école, assistant maternel, colonie de vacances, etc. Le maintien de l'enfant en collectivité est désormais subordonné à la justification chaque année de la réalisation des vaccinations obligatoires (décret n° 2019-137 du 26 février 2019, venu compléter l'article R. 3111-8 du Code de la santé publique). 

Des vaccins obligatoires intégralement pris en charge

Tous ces vaccins sont pris en charge à 65 % par la Sécurité sociale, excepté le ROR (rougeole, oreillons, rubéole) qui est remboursé à 100 %. Les 35 % restants sont remboursés par les mutuelles. La gratuité est appliquée dans les centres de vaccination pour les personnes sans mutuelle.

La vaccination est effectuée dans la majeure partie des cas par une 1ère injection (primo-vaccination) suivie par 2 autres injections (2e puis 3e injection). Afin de conserver l'immunité, on effectuera des rappels.

Lire l'article Ooreka

Des vaccins très recommandés, mais pas obligatoires

Certains vaccins, bien que non obligatoires, vont être fortement recommandés. C'est le cas pour :

  • la tuberculose (BCG) : le vaccin était obligatoire pour les enfants, à partir de 1 mois, jusqu'en 2007 ;
  • la grippe : en 2020, dans le cadre de l'épidémie de COVID-19, l’Académie de médecine recommande d’élargir la vaccination contre la grippe à « toute personne présentant des facteurs de risque d’évolution sévère en cas d’infection par un virus grippal ou par le SARS-CoV-2 » afin de faciliter le diagnostic différentiel avec la COVID-19 et de soulager le système de santé (la vaccination a aussi été élargie à certains professionnels qui sont en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère (personnels des services de secours et d’incendie, personnels des services d’aide à domicile, et aides à domicile via Cesu) ;
  • le vaccin Bexsero contre le méningocoque B, la HAS ayant souhaité en 2021 élargir cette recommandation en préconisant de vacciner désormais l’ensemble des nourrissons selon le schéma de l'AMM : 2 doses plus une dose de rappel ;
  • le vaccin HPV : recommandé dans 83 % des cas par les médecins aux jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, aux hommes homosexuels de moins de 26 ans et aux sujets immunodéprimés, mais pratiqué chez leurs propres enfants dans seulement 74 % des cas.

Le vaccin contre la Covid n'est pas obligatoire à proprement parler. Toutefois, en raison de la nécessité d'être en possession d'un pass sanitaire pour se rendre dans de nombreux lieux accueillant du public (mais aussi pour travailler), cette vaccination devient pratiquement incontournable.

Autres publics concernés par ces obligations

D'autres publics sont concernés par la vaccination obligatoire :

  • les professionnels de santé (pour ce qui est de la grippe, le caractère obligatoire de la vaccination a été suspendu en 2006 ;
  • les professionnels de la petite enfance notamment, fortement exposés à la varicelle (plus grave chez l'adulte non immunisé avec une fréquence des complications 25 fois plus importante que chez l’enfant) ;
  • les personnes qui partent en voyage dans certains pays.
Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider