Vaccination obligatoire

À jour en Avril 2018

Écrit par les experts Ooreka

Il existe un grand nombre de vaccins,

  • certains étant obligatoires ;
  • d'autres facultatifs, mais conseillés.

En cas de voyage dans certaines régions exotiques, la vaccination est obligatoire.

Vaccination obligatoire chez les enfants

Les enfants en bas âge ont un système de défense immature, mais qui va se renforcer au fil du temps. À ce titre, certains vaccins ont été « imposés », notamment avant l'entrée en collectivité (crèches, haltes-garderies...), afin d'éviter les cas d'épidémie (lorsqu'un nombre important d'enfants est en contact).

Selon un calendrier précis, les enfants seront donc vaccinés contre les maladies suivantes :

Depuis le 1er janvier 2018, 8 autres complètent cette liste :

Le but de cette réforme est d'enrayer la résurgence de certaines maladies contagieuses particulièrement dangereuses pour les enfants et les personnes les plus fragiles.

Important : ces vaccins ne sont pas nouveaux puisqu'ils faisaient déjà tous partie du calendrier vaccinal recommandé. Pus de 70 % des enfants sont ainsi déjà vaccinés contre ces 11 maladies. Les professionnels de santé sont donc en mesure de vous informer précisément et de répondre à toutes vos questions à leur sujet.

Vaccins obligatoires : quelles implications pour les familles ? 

Au total, ces 11 vaccinations obligatoires représentent pour les enfants 10 injections étalées entre 2 et 18 mois, soit 6 rendez-vous.

La mesure n'étant pas rétroactive, les 11 vaccins ne sont impératifs que pour les enfants nés après le 1er janvier 2018 (ceux nés avant cette date ne sont tenus qu'au DTP).

Si aucune sanction n'est prévue contre les parents ne respectant pas les obligations vaccinales, à partir du 1er juin 2018, leurs enfants devront avoir été vaccinés pour pouvoir entrer ou rester en collectivité : crèche, école, assistant maternel, colonie de vacances, etc.

Bon à savoir : si votre enfant n'est pas à jour de ses vaccinations, seule une admission provisoire est possible. Vous aurez alors 3 mois pour procéder aux vaccinations.

Des vaccins obligatoires intégralement pris en charge

Tous ces vaccins sont pris en charge à 65 % par la Sécurité sociale, excepté le ROR (rougeole, oreillons, rubéole) qui est remboursé à 100 %. Les 35 % restants sont remboursés par les mutuelles. La gratuité est appliquée dans les centres de vaccination pour les personnes sans mutuelle.

La vaccination est effectuée dans la majeure partie des cas par une 1ère injection (primo-vaccination) suivie par 2 autres injections (2e puis 3e injection).

Afin de conserver l'immunité, on effectuera des rappels.

Remarque : 88 % seulement des médecins interrogés sont correctement vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la polio, les trois vaccins obligatoires en France depuis respectivement 1938, 1940 et 1964.

Des vaccins très recommandés, mais pas obligatoires

Certains vaccins, bien que non obligatoires, vont être fortement recommandés. C'est le cas pour :

  • la tuberculose (BCG) : le vaccin était obligatoire pour les enfants, à partir de 1 mois, jusqu'en 2007 ;
  • le vaccin HPV : recommandé dans 83 % des cas par les médecins, mais pratiqué chez leurs propres enfants dans seulement 74 % des cas.

Autres publics concernés par ces obligations

D'autres publics sont concernés par la vaccination obligatoire :

  • les professionnels de santé ;
  • les professionnels de la petite enfance notamment, fortement exposés à la varicelle (plus grave chez l'adulte non immunisé) ;
  • les personnes qui partent en voyage dans certains pays.

Remarque : dans les faits, plus de 50 % des professionnels de santé ne sont pas à jour en termes de vaccins.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides

Tout le guide pratique premiers secours

Tout le guide pratique