Sommaire

Que faire en cas de brûlure ?

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Une brûlure peut avoir plusieurs origines : la chaleur, l’électricité, les substances chimiques, les radiations ionisantes. Dans tous les cas de brûlures, on doit utiliser l’eau : soit pour refroidir soit pour diluer.

La première règle à observer est la suivante : quel que soit l’origine de la brûlure, si les vêtements collent à la peau, ne tentez surtout pas de les enlever, vous enlèveriez une partie de l’épiderme !

Voici l’attitude à adopter pour bien réagir en cas de brûlure.

Cas 1 : Que faire en cas de brûlure thermique ?

Les premiers gestes

  • Dégagez la victime de la source de chaleur.
  • Placez le membre brûlé dans de l’eau froide et propre pendant au moins 20 minutes : l’effet de la chaleur continue de s’étendre même après le contact avec la source de chaleur. L’eau froide permettra d’éteindre le feu de la peau.

La brûlure thermique est la seule brûlure qui puisse être considérée comme bénigne. Ainsi, en cas de brûlure thermique, vous devrez commencer par évaluer la gravité de la brûlure pour adopter le bon comportement.

Il existe plusieurs critères pour qualifier la gravité des brûlures :

  • sa profondeur ;
  • sa taille ;
  • sa localisation ;
  • la nature de la brûlure…

Le langage médical privilégie la profondeur de la brûlure, s’exprimant en « degré », tandis que les secouristes s’intéressent davantage à l’étendue de la brûlure.

Profondeur de la brûlure

En langage médical, les degrés des brûlures sont associés à des atteintes de certaines couches de la peau :

  • premier degré :
    • Atteinte des couches superficielles de l’épiderme, la cicatrisation est spontanée en 2 à 3 jours sans séquelles.
    • La peau est rouge, brillante et douloureuse. C’est la brûlure la moins grave, dont l’exemple typique est le coup de soleil. Vous pouvez la soulager avec des compresses d’eau froide, l’usage de la Biafine étant contesté.
  • deuxième degré superficiel : lésion de tout l’épiderme et d’une partie de la couche sous-jacente, la sensibilité est très marquée et la cicatrisation prend 2 semaines, sans séquelles le plus souvent.
  • deuxième degré profond :
    • destruction de l’épiderme et du derme superficiel (la cicatrisation est longue et difficile, jusqu’à un mois, avec d’importants risques d’infections) ;
    • la peau est rouge, brillante ou gonflée et douloureuse. Des cloques apparaissent. Il est impératif de consulter un médecin pour savoir s’il faut ou non les percer.
  • troisième degré :
    • destruction complète de la peau avec perte totale de la sensibilité (la disparition complète des cellules ne permet pas de cicatrisation).
    • la peau est de couleur brunâtre, blanche ou noire. Il faut impérativement appeler les secours.

Vous devrez consulter un médecin ou appeler les secours dans les cas de brûlures du second ou troisième degré : ces brûlures peuvent être graves et sujettes aux infections.

Voici quelques exemples pour vous aider à déterminer la gravité de la situation :

  • On dira qu’une brûlure est bénigne lorsqu’elle est du premier ou du deuxième degré superficiel, qu’elle ne touche ni le visage, ni les mains, ni le siège et qu’elle est peu étendue.
  • Elle sera dite de gravité intermédiaire si elle est peu étendue, mais profonde ou située au visage, au siège ou aux mains. Même chose si sa surface est comprise entre 2 et 10 % de la surface corporelle totale.
  • La brûlure sera grave si l’étendue est comprise entre 15 et 50 % de la surface corporelle et si la profondeur est du deuxième ou du troisième degré.
  • La brûlure est enfin très grave si elle est profonde et concerne plus de 50 % de la surface du corps. Le risque vital est alors majeur.

Taille de la brûlure

La surface de la brûlure peut être :

  • localisée (moins de 2 % de la surface corporelle, sachant que la paume de la main représente un 1 %) ;
  • étendue : dans ce cas déterminez grosso modo le pourcentage corporel atteint sachant que la tête représente 9 %, chaque membre supérieur 9 %, chaque membre inférieur 18 % et chaque face du tronc 18 %.

Localisation de la brûlure

Outre la taille et la profondeur apparente d’une brûlure, sa localisation est aussi à prendre en compte pour déterminer la gravité d’une brûlure. La brûlure est grave si elle est située :

  • sur le visage ;
  • sur les mains ;
  • près des parties génitales ;
  • près d’un orifice naturel : nez, bouche…

Les cas qui nécessitent des soins

Appelez les secours :

  • S’il s’agit d’une brûlure étendue du deuxième ou troisième degré.
  • Si la brûlure est située sur une zone sensible.
  • Si la victime est un nourrisson.

Vous pouvez appeler :

  • Le 15 : SAMU, Service d’aide médicale d’urgence.
  • Le 112 : numéro d’appel d’urgence européen si vous trouvez à l'étranger. Ce numéro permet d'être mis en contact avec un interlocuteur parlant français.

Consultez un médecin :

  • Si c’est une brûlure peu étendue présentant des cloques (deuxième degré).
  • Si une brûlure simple est encore douloureuse 24 h après : elle présente peut-être une infection.

Application pour smartphone

Pour optimiser la prise en charge des personnes victimes de brûlures, le service des brûlés du Centre hospitalier Saint-Joseph Saint-Luc de Lyon a créé un outil informatique de calcul de la surface brûlée très simple à utiliser.

L'application gratuite « e_burn », disponible sous Android et sur IOS, permet à la fois d’évaluer la surface brûlée et sa gravité pour orienter ou non les patients vers un établissement spécialisé.

Grâce à elle, la prise en charge est optimisée puisqu'elle aide également à évaluer la quantité d’eau à apporter par voie de perfusion (afin d’aider le corps à faire face au choc associé à la brûlure) et à prendre en charge des patients adultes mais aussi les enfants.

Cette application permet enfin de transmettre l'ensemble des données à un centre de référence en un simple clic. Les spécialistes pourront ainsi donner leur avis et des conseils aux équipes sur place.

Cas 2 : Que faire en cas de brûlure électrique ?

Une brûlure d’origine électrique est toujours considérée comme une brûlure grave. Elle est caractérisée par un point d’entrée et un point de sortie du courant électrique. Généralement ces deux points ne sont pas très étendus.

  • Actionnez le disjoncteur pour éviter un sur-accident.
  • Versez un filet d’eau à l’endroit du corps où il y a eu contact avec la pièce électrique.
  • Donnez l’alerte, en précisant qu’il s’agit d’une brûlure d’origine électrique. Vous pouvez appeler :
    • Le 15 : SAMU, Service d’aide médicale d’urgence.
    • Le 112 : numéro d’appel d’urgence européen.

Cas 3 : Que faire en cas de brûlure chimique ?

L’eau sera encore utilisée, non pas pour refroidir mais pour diluer les produits nocifs.

  • Enlevez les vêtements imbibés par le produit.
  • Rincez abondamment pendant 10 minutes.
  • N’oubliez pas de retirer les chaussures de la victime car l’eau du rinçage s’écoulant vers le bas, les chaussures forment comme des réservoirs dans lesquels s’accumulent les substances nocives.
  • Donnez l’alerte, en précisant qu’il s’agit d’une brûlure d’origine chimique. Vous pouvez appeler :
    • Le 15 : SAMU, Service d’aide médicale d’urgence.
    • Le 112 : numéro d’appel d’urgence européen si vous trouvez à l’étranger. Vous serez alors mis en contact avec un interlocuteur francophone.

Si la victime ne peut se déplacer, apportez un récipient quelconque propre rempli d’eau froide à la victime afin d’y plonger la partie concernée.

Sur certains sites sans arrivée d’eau, il est possible de trouver une douche de sécurité ou un rince-œil. Ces équipements sont généralement placés à proximité des zones à risques. Ils doivent être vérifiés régulièrement.