Soleil : contre l'hydrocution, évitez les chocs thermiques

Sommaire

Soleil : contre l'hydrocution, évitez les chocs thermiques

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

L'hydrocution est un phénomène qui intervient suite à un choc thermique, lors de l'entrée dans l'eau. L'hydrocution est due à la différence de température entre le corps et l'eau, après une exposition prolongée au soleil. Le corps n'a pas le temps de réguler la température et entre en état de choc.

La personne victime d'hydrocution est en fait sujette à une syncope thermodifférentielle :

  • Quand l'eau froide entre en contact avec la peau chaude, les vaisseaux sanguins rétrécissent.
  • Si le choc thermique est trop important, cette vasoconstriction s'accompagne d'une perte de connaissance.
  • Par réflexe, cela est suivi d'un arrêt de la respiration et de la circulation cérébrale.

L’homme maintient sa température à 37 °C environ (organes thoraciques, abdominaux et cerveau). Si les échanges thermiques entre le corps et l'environnement sont faibles, c'est-à-dire si l’air est entre 24 et 26 °C ou l’eau entre 33 et 35 °C, il n’y a pas de déperdition calorique.

 

 

Avec des températures plus basses, le corps va se refroidir et notre organisme essayera de réguler sa température générale par une succession de réactions :

  • La circulation au niveau des membres diminue afin de limiter les pertes caloriques : suite à cette réaction, on observe un afflux de sang vers le cœur régulé par une élimination de liquide par les reins, ce qui provoque l'envie d’uriner.
  • Si cette première réaction est trop faible pour réguler la température corporelle, l’organisme va enclencher une autre série de défenses :
    • déshydratation ;
    • augmentation de consommation d’O2 et de production de CO2 ;
    • hyperventilation.
Lire l'article Ooreka

1. Prévenir les chocs thermiques contre l'hydrocution

Fort heureusement, l'hydrocution peut être évitée, en appliquant quelques simples précautions.

Après une exposition au soleil prolongée

Ainsi, après une exposition prolongée au soleil :

  • Entrez progressivement dans l'eau.
  • Appliquez de l'eau sur votre front, nuque et cou, afin d'habituer votre corps à la différence de température. Ne vous immergez pas brutalement.
  • Évitez de faire un plongeon directement dans l'eau.

Facteurs de risque d'hydrocution

C'est la différence de température importante qui est le facteur le plus important. Cependant, deux autres responsables peuvent être mis en cause :

  • La digestion : une heure après un repas, le taux en oxygène dans le sang augmente pour servir les organes de la digestion. Les vaisseaux sanguins rétrécissant lors de l'entrée dans l'eau froide, les risques d'hydrocution sont alors plus élevés, car le corps parvient difficilement à se réguler et peu d'oxygène parvient au cerveau.
  • L'alcool : en quantité excessive, il accroît lui aussi les risques.
Consulter la fiche pratique Ooreka

2. Savoir réagir en cas d'hydrocution

Si vous êtes témoin d'un malaise :

  • Les bons nageurs peuvent sortir immédiatement la victime de l'eau.
  • Ceux ayant moins de capacité peuvent lancer un objet flottant ou tendre une perche à la victime en attendant les secours.

Une fois la victime sortie de l'eau, vérifiez son état général : pouls, respiration, etc.

  • Si elle respire, basculez doucement la tête en arrière (pour libérer les voies aériennes) et installez-la en position latérale de sécurité (PLS).
  • Si elle ne respire pas, commencez à pratiquer la réanimation (si vous êtes formé aux premiers secours).

Dans tous les cas, prévenez rapidement les secours, en appelant le 15 (SAMU), le 112 (urgences européennes) ou le 114 (numéro d’appel d’urgence pour les sourds et malentendants, accessible par SMS, fax, l’application « Urgence 114 » ou le site internet www.urgence114.fr).

Consulter la fiche pratique Ooreka

Ces pros peuvent vous aider